Lorsque je remet les yeux de mon enfance, je revois cette femme au maquillage outrageux.

Des yeux charbonneux, au regard vide, se détachaient sur un teint parcheminé

passé au rouge carmin.

Mystérieuse et lointaine, évitant les regards, elle promenait tristement son histoire sous plusieurs

épaisseurs de vêtements.

Le jour, elle se tenait dans une boutique immense et sombre, remplie de tissu.

On l'appelait " LA BELLE INDIENNE " et j'aime à me rappeler son souvenir !

Belle_indienne__2_